Visitez notre page! Suivez-nous sur Twitter!

2013

Table ronde internationale avec Karine Giébel (France), Chrystine Brouillet (Québec), Jacques Saussey (France), Jean-Jacques Pelletier (Québec) et Roger Jon Ellory (Royaume-Uni)

Photos: Guy Raymond

Édition 2013 - Le polar dans tous ses états!
 

La deuxième édition des Printemps meurtriers de Knowlton s'est déroulée sous le signe des plaisirs partagés : amour de la littérature, passion pour la littérature policière en particulier, curiosité pour les sciences judiciaires... et un goût prononcé pour les Killer martini!

Durant le week-end, près de 900 amateurs de polars ont foulé les rues du village de Knowlton à Lac-Brome, où se déroulaient les Printemps. Auteurs et lecteurs ont fait partie de la même communauté pendant un week-end, celle des passionnés des mots, de l'écrit et de la littérature dans tous ses états.

Les rencontres d'auteurs, où se sont succédés Karine Giébel (France), Jacques Saussey (France), R.J. Ellory (Royaume-Uni) et quinze auteurs québécois, dont Chrystine Brouillet, Martin Michaud, Johanne Seymour et Jean-Jacques Pelletier, ont donné lieu à des échanges aussi enrichissants qu'amusants entre festivaliers et auteurs. Les classes de maître - notamment l'Introduction à l'écriture de Martin Winckler, L'ADN pour les nuls de François Julien et le Polar gourmand de Chrystine Brouillet - ont connu un vif succès.

Auteurs québécois et étrangers, ainsi que les festivaliers, sont repartis heureux, et avec le désir de renouveler l'expérience. Pour une seconde édition, Les Printemps meurtriers ne pouvaient demander mieux. 


Cocktail bénéfice d'ouverture au Domaine Les Brome


Vignoble Domaine Les Brome

Cocktail-bénéfice

Le lot N°6 de l'encan silencieux, Sur les traces de Dexter! , une visite du laboratoire médico légal de Montréal, est chaudement disputé.

Vieux Palais de justice de Knowlton où ont lieu les classes de maître

Chrystine Brouillet et les festivaliers attendent le début de sa conférence sur le Polar gourmand

François Julien, biochimiste, spécialisé dans les sciences judiciaires, donne sa classe de maître dur l'ADN

Librairie des Printemps

Chrystine Brouillet et Jacques Saussey (France)

François Lévesque, Jacques Savoie, Jean Lemieux et Jacques Côté.
Des auteurs heureux après leur table ronde!

François Lévesque et Louise Laparé, notre porte-parole. Le plaisir était de la partie!

Sylvain Meunier, prix Tenebris 2012 Meilleur roman pour Les Mémoires d'un oeuf, et Jacques Saussey (France)

Martin Winckler et Laurent Chabin discutent de points et de virgules. Une discussion qui soulève beaucoup d'interrogations de la part de Chrystine Brouillet

Des festivaliers heureux après le Rendez-vous coupable De romans et de scénarios

François Lévesque, Johanne Seymour, Roger Jon Ellory, Martin Michaud et sa compagne. Des auteurs heureux après le Rendez-vous coupable De romans et de scénarios

Maureen Martineau et Richard Ste-Marie, deux nouveaux venus sur
la scène du polar.

Lecture d'extraits des romans des auteurs invités avec Jean-Sébatien Houle, Corinne Fortin, Bernard Fortin, Louise Laparé et Michel Albert Côté

Soirée de clôture et remise des Prix Tenebris

Louise Laparé, présidente du jury, et Richard Migneault, coordonnateur des prix Tenebris, acceptent pour Caryl Férey le prix 2013 du Meilleur roman pour son oeuvre Mapuche.

Johanne Seymour, présidente fondatrice, remet le prix Tenebris 2013 du Meilleur vendeur québécois

Et le lauréat est…

Chrystine Brouillet accepte le Tenebris 2014 du Meilleur vendeur québécois  pour son roman La Chasse est ouverte.


2012

L’édition 2012... Un succès incontestable!



« Le temps était en fait à l'été en ces premiers Printemps meurtriers de Knowlton, qui se sont déroulés le week-end dernier aux abords du lac Brome et auxquels près de 500 amateurs de polars ont participé.


Pari relevé, ont d'ailleurs indiqué les organisateurs de cet événement axé sur la littérature policière et dont les invités d'honneur étaient Chrystine Brouillet, R.J. Ellory et Martin Winckler.
Outre des tables rondes, des conférences, des cours de maître, des projections de films inspirés de romans policiers... et une consommation non négligeable de killer martinis (cocktail créé pour l'occasion), le premier prix Tenebris, qui couronne le meilleur roman de littérature policière de langue française, a été remis à Les Mémoires d'un oeuf de Sylvain Meunier (la courte échelle) par un jury que présidait la comédienne Louise Laparé.» 

Sonia Sarfati, La Presse,  23 mai 2012


Les commentaires de nos auteurs invités...

« 18 mai 2012; une date que je n'oublierai pas de sitôt car j'ai vécu,  ce jour-là, les premières heures des Printemps meurtriers de  Knowlton. Dès mon arrivée sur le site, j'ai su que j'allais revivre  l'atmosphère  festive qui régnait, à Reims, en France, au Festival du  roman policier 813, où auteurs et lecteurs se côtoyaient durant trois  jours dans un enthousiasme que je n'avais jamais retrouvé ailleurs.  Les entrevues avec mes confrères, inspirantes et teintées d'humour,  tout comme les classes de maître où un expert en biologie  judiciaire,  François Julien, évoquait des scènes de crime avec une  passion convaincante, les échanges avec les lecteurs dans une  ambiance décontractée, et la présence charmante du célèbre R.J.  Ellory  m'ont donné qu'une envie: y retourner à chaque année! Et vous y rencontrer! »
Chrystine Brouillet

«Of all the festivals in all the world, you have to come to this one...
I’ve been to a lot of festivals, believe me.  Forty-nine cities in eleven countries in all, and I have to say that Knowlton was something special.  It wasn’t just the location, it wasn’t just the way the authors were treated, it wasn’t that the festival organisers took care of every detail without you even having to ask... it was the atmosphere, the sense of fraternity, the feeling that here was a gathering of people who just had the same love for books as me.   Special?  Without a doubt.  Unique?  Unquestionably.  Would I go again?  I would, and I am.  You better believe it.  Knowlton stands head and shoulders above the vast majority of literary festivals I have attended, and I mean that.  Great place, great people (who have become great friends, by the way), great atmosphere.  Loved it.  We started something special in Knowlton.  I think we’re going to be doing that special something for many, many years to come...»
Roger Jon Ellory

« Auteurs et amateurs de romans policiers se ressemblent : ils aiment les humains autant que les énigmes et leurs livres – ceux que les uns composent avec un clavier et les autres recomposent avec leurs yeux – sont autant d'interrogations posées sur le monde. Pas étonnant qu'ils aiment se rencontrer. Mais les occasions d'échanger ne sont pas fréquentes, et de qualité incertaine. Les meilleures permettent d'échanger et de partager en liberté, sans chichi ni décorum. "Les printemps meurtriers" de Knowlton est de cette eau-là. Outre l'organisation sans faille (bravo Johanne Seymour et toute l'équipe) et le cadre idéal (la beauté paisible des cantons de l'Est au mois de mai), Les Printemps Meurtriers sont une occasion réjouissante de partager découvertes, enthousiasmes et idées, avec des amateurs passionnés, dans les meilleures conditions qui soient. Je n'attends plus qu'une chose : les Printemps 2013 !!! »
Martin Winckler


Table ronde internationale avec Roger Jon Ellory, Martin Winclker et Chrystine Brouillet, animée par Sylvie Lauzon.

«Les Printemps Meurtriers 2012, première édition. Baptême de l’air de ces prodigieuses rencontres entre auteurs, plongée dans les eaux profondes de la littérature et du crime, immersion totale dans un feu de joie avec les lecteurs, le tout orchestré de main de maitre par sa fondatrice. Johanne Seymour est un auteur, ça se voit, se boit (si, si), se palpe et se hume dans toutes les activités du festival. Tout est minutieusement planifié pour favoriser l’échange entre les auteurs et leurs principaux complices, les lecteurs. Le crime parfait, quoi. Le Club de la rue Morgue est né du feu d’artifice de cette première édition. Et pour fuser, ça fuse! De l’hyper local à l’international, de l’auteur de son premier roman à l’auteur qui vend partout dans le monde, la richesse de ces rencontres ne cesse de donner des fruits, de provoquer des projets, de stimuler à la fois l’imaginaire des auteurs invités et de former des ambassadeurs  du plus beau voyage qui soit: celui de plonger dans un livre. Longue vie aux Printemps Meurtriers.»
Geneviève Lefebvre

«Quand un meurtrier rencontre un autre meurtrier, qu'est-ce qu'ils se racontent? Je n'en sais rien, telle rencontre ne m'est jamais arrivée…
Et quand un auteur de romans policiers rencontre un autre auteur de romans policiers, qu'est-ce qu'ils se racontent? Rien, en général. Parce qu'ils n'ont pas le temps de discuter, parce qu'ils se connaissent peu ou mal, parce qu'ils se prennent, l'un et l'autre, pour quelqu'un d'autre…
Sauf si cette rencontre a lieu aux Printemps meurtriers de Knowlton. Là les auteurs – et les lecteurs – se parlent, s'écoutent, s'apprivoisent, mangent, boivent et rient ensemble… Magie du lieu, organisation impeccable? Les deux, sans doute. Mais une chose est certaine : je reviendrai à Knowlton au printemps.»
Laurent Chabin


Rendez-vous coupable avec Geneviève Lefebvre et Laurent Chabin

«J’ai eu la chance d’être invité à la première édition des Printemps meurtriers de Knowlton. J’insiste sur le mot chance, car hormis ses agréments considérables (dont le gîte dans un contexte idyllique), cette expérience s’est avérée d’une richesse insoupçonnée sur le plan humain. Par quelque magie (appelons ça du génie organisationnel), une véritable connivence s’est développée entre les auteurs invités. Des amitiés sont nées. Pour avoir participé à une vingtaine de salons du livre au cours des cinq dernières années, je puis témoigner qu’il y a là quelque chose d’exceptionnel. Quelque chose à perpétuer.»
François Lévesque


Rendez-vous coupable avec François Lévesque et Jacques Côté

«J’ai eu l’honneur et le plaisir de participer à la première édition des Printemps meurtriers de Knowlton. J’en garde  un souvenir impérissable. D’abord, les lieux : le village de Knowlton et ses environs. Des paysages enchanteurs qui font penser à la Nouvelle-Angleterre et, là-dessus, un soleil radieux. Et puis,  la qualité de l’accueil et de l’organisation de l’événement. Un programme chargé, varié et passionnant, des événements bien planifiés, des bénévoles souriants et accueillants. Knowlton fut aussi, l’espace d’un moment, un lieu exceptionnel de rencontres et d’échanges entre les écrivains (et écrivaines) participants. Ce fut l’occasion de rencontres nombreuses avec le public. Des rencontres détendues, chaleureuses. Dans les conférences et les ateliers comme dans les rues et les bars. Pour toutes ces raisons et pour son originalité surtout, un tel événement doit demeurer et survivre. Il est rare et nécessaire. Bien sûr, nous participons tous  à des salons du livre. Mais en ces occasions, disséminés aux divers kiosques de nos éditeurs, nous nous côtoyons rapidement, nous échangeons quelques mots, mais nous avons rarement l’occasion de discuter ensemble et de travailler à la promotion du polar québécois. À Knowlton, oui. Et ce club de la Rue Morgue, qui naît, sera le prolongement de ce rêve. Longue vie aux Printemps meurtriers de Knowlton
André Jacques


Rendez-vous coupable avec André Jacques et Martin Michaud

«Il y a des lieux où un écrivain peut rencontrer ses lecteurs, il y des lieux où il peut rencontrer ses collègues, mais il n’y en a pas tellement où il peut rencontrer les deux en même temps. De surcroît, il est plus rare encore que des événements soient dédiés spécifiquement au polar.  Enfin, il est exceptionnel, au Québec, qu’un tel événement ait une envergure internationale.  C’est le cas des Printemps Meurtriers de Knowlton, et il faut souhaiter de tout cœur que cette formidable opportunité de ressourcement se maintienne et croisse.»
Sylvain Meunier


Rendez-vous coupable avec Sylvain Meunier et Chrystine Brouillet

«J'ai eu la chance d'être invité à la première édition des Printemps meurtriers de Knowlton en mai dernier. Ce fut un bonheur. Le site de Knowlton est superbe, mais c'est la formule qui fait de ce festival un événement littéraire unique au Québec. Pendant trois jours, auteurs et lecteurs, québécois ou d'ailleurs, peuvent se côtoyer dans une suite de rencontres, tables rondes, ateliers, soirées festives, qui permettent un réel échange.
La formule qui me vient en tête, imparfaite, est celle d'un heureux huis clos. Chacun est libre d'aller et venir, et évidemment de quitter, mais personne n'en a envie. Les printemps meurtriers de Knowlton promettent de devenir un rendez-vous incontournable pour les amoureux du polar québécois. Mieux, par sa dimension internationale et par son format unique, il ouvre de nouvelles perspectives pour une littérature déjà en expansion.»
Jean Lemieux


Rendez-vous coupable avec Jean Lemieux et Martin Winckler


Notre expert en sciences judiciaires, François Julien, qui prépare la scène de crime pour l'Enquête en direct.


Classe de maître avec Jacques Côté


Séance de signature avec RJ Ellory


Brunch causerie

 

 

 
© Les Printemps Meurtriers de Knowlton 2013 - crédits